Mailys, magasinière chez PAROT Trucks depuis 2 ans, nous a accordé une interview pour nous parler de son parcours et de son métier qui la passionne.

Depuis combien de temps travailles-tu en tant que magasinière au sein du Groupe PAROT ? Quel est ton parcours ?

Ça va bientôt faire 2 ans (le 11 mars) que je suis entrée au sein du Groupe PAROT. A la base, je suis originaire de Saint-Junien en Haute-Vienne. J'ai fait mes études là- bas et à Limoges. J’ai rencontré mon conjoint qui était de Bordeaux via un ami, ils étaient de la même formation, et suite à ça, j’ai quitté Saint-Junien pour le rejoindre ici à Bordeaux. J’ai travaillé dans la grande distribution pendant 6 ans, après j’ai eu une période de chômage, j’ai ensuite travaillé dans le médical où j'étais aussi magasinière, et après une autre période de chômage, j’ai essayé de trouver un travail dans lequel je pourrais m’épanouir. Je me suis donc décidée à faire un stage via mon conjoint qui est mécanicien poids lourd et qui connaissait Ludivine (collaboratrice du Groupe PAROT) car ils avaient travaillé ensemble dans une autre entreprise. J’ai demandé à Ludivine si le Groupe PAROT prenait des stagiaires, et je suis entrée pour deux semaines de stage !
 

collaboratrice

 

collaboratrice

 

collaboratrice

 

collaboratrice

 

« Je suis très fière de mon métier. Je suis une passionnée, j’ai mis longtemps à trouver le bon endroit où j'allais me sentir bien. Cela fait 12 ans que je suis dans la vie active, et j’ai trouvé seulement à mes 30 ans ce que je voulais faire. Je tenais vraiment à remercier PAROT Trucks qui m’a accueilli à bras ouverts et qui m’a donné ma chance. Je me suis très vite liée d’amitié avec toutes les équipes, ils m’ont formé et encore aujourd’hui, j’apprends plein de nouvelles choses. Je suis contente d’être là et je me lève le matin avec l’envie de venir travailler. »

En arrivant je me suis sentie à l’aise tout de suite. Tout se passait bien, tout me plaisait. Je partais dans l’optique de faire mes 15 jours de stage et après, partir éventuellement dans une autre entreprise pour faire un autre stage. Et à la fin de mon stage, j’ai eu le droit à un entretien d’embauche et j’ai commencé 15 jours après en tant que magasinière ! Tout est allé très vite.

J’ai travaillé pendant longtemps dans un milieu très féminin, donc ça ne passait pas forcément. Je ne suis pas quelqu’un de très féminine, je suis dans la manutention, je bouge tout le temps, j’ai besoin de faire plein de choses tout le temps, je suis une vraie pile électrique ! Mon physique ne correspond pas à ma personnalité. Les gens pensent en me voyant que je ne fais rien, que je ne bouge pas, alors que j’en fais plus que la plupart des gens.

En quoi consiste tes missions au quotidien ?

Je dois identifier des pièces sur nos logiciels de base de données MAN, ensuite je dois les donner aux mécaniciens. Je passe des commandes de pièces, je les réceptionne, je les range, je gère également les pièces en garantie à trier, je valide les dossiers atelier pour le chef atelier avant facturation. C’est essentiellement du rangement et de la manutention. On essaye d’être un vrai plus pour les mécaniciens. En fonction de leurs explications, (où la pièce est positionnée, à quoi elle sert), on va fouiller pour trouver où cette fameuse pièce va, on va se déplacer dans l’atelier nous-même pour voir s' il s’agit bien de cette pièce … De manière générale, si vraiment on est bloqué sur une pièce, MAN nous aide à trouver ce que nous cherchons.


Quelles sont les qualités requises dans ton métier ?

Dans un premier temps, il faut de la rapidité : nous avons des chantiers qui sont prévus sur le long terme, mais sur les cas de dépannage par exemple avec les étrangers, il faut beaucoup de réactivité. Il faut aussi de l’efficacité, il faut faire les choses correctement. Nous faisons preuve de beaucoup d’organisation, il faut aussi gérer toutes les demandes qui arrivent en même temps. On essaye de prendre les choses dans l’ordre (premier arrivé, premier servi !). Le travail d’équipe est aussi la clé ! Il faut être soudé, il faut beaucoup de communication au sein d’une équipe. Nous nous faisons passer les informations du mieux possible pour que chacun d’entre nous puisse gérer au mieux quand quelqu’un n’est pas là. On essaye d'être le plus réactif possible pour les clients car nous nous devons d’assurer un bon service aux clients. On fait notre possible pour gérer les délais, dans la journée si possible quand nous recevons la demande par email, et quand c’est par téléphone, on donne la réponse en direct grâce aux outils sur lesquels on travaille (tarif en temps réel…).

Si tu devais résumer ton métier en 3 mots ?

Efficacité, communication et travail d’équipe. Les relations entre tous les services sont très importantes. Quand un mécanicien nous fait une demande, il faut la comprendre rapidement pour que personne ne perde de temps. Si il voit qu’on est réactif, la relation de confiance s’instaure facilement. 

Raconte-nous une journée type ?

Le matin j’arrive à 7h30. J’ouvre le bureau, l’ordinateur, je pointe les pièces commandées la veille car toutes les commandes en urgence arrivent le lendemain matin. Je distribue les pièces à l’atelier et au  comptoir du magasin et je rentre mes pièces en stock. Le rush est entre 8h et 8h30, le temps que tout le monde se mette en place, prennent ses dossiers... Il faut aussi gérer les chantiers qui attaqueront dès le lendemain matin. Ensuite les mécaniciens viennent, je leur donne les pièces, je passe mes commandes, je traite les devis, je fais du rangement. J’ai parfois aussi les clients au téléphone qui ont des demandes (ce sont mes collègues Jonathan et Mikaël qui s’occupent principalement des clients au téléphone), je réceptionne les livraisons, et je traite les questions pour la garantie avec les assistantes commerciales. Je ne vois pas passer les journées !

Qu’est-ce qui te plaît le plus dans ton métier ?

Ce que j’aime par-dessus tout, c’est apprendre de nouvelles choses. La mécanique évolue tout le temps (pièces, véhicules) c’est ce qui la rend passionnante à mes yeux. J’aime aussi le relationnel avec les mécaniciens, surtout quand ils m’apprennent des choses. J’élargis aussi mon domaine de compétences avec les remorques car je n’y connaissais rien.  C’est un apprentissage sur le tas car la remorque, c’est très particulier. Heureusement, Mikaël est là pour nous aider. Les relations avec les clients sont aussi très importantes. 

As-tu une anecdote à nous raconter ?

Un jour, je devais aller chercher des pièces chez PAROT VI, de l'autre côté du parking. Il avait beaucoup plu la veille et il y avait une énorme flaque d'eau. En regardant un peu je me suis dit "ça passe tranquille", sauf qu'une fois arrivée au milieu du parking, je me suis retrouvée d'un coup avec de l'eau jusqu'à mi-mollet. Au final j'avais les pieds inondés et le pantalon trempé.

Quels sont les challenges auxquels tu dois faire face dans ton métier ?

Quand tu arrives dans un métier lié au poids-lourd, tu dois prouver que tu es aussi capable qu’un homme, donc tu dois sans cesse t’informer pour être à leur niveau, voire meilleure qu’eux. Un autre challenge de tous les jours, c’est quand on passe des heures à rechercher des informations sur les pièces. Il faut avoir une bonne mémoire pour se rappeler qu’on a déjà travaillé sur telle pièce, ou encore, il faut comprendre le client au téléphone quand il explique qu’il recherche une pièce en particulier.

Si tu devais définir le Groupe PAROT en 3 mots ?

Diversité (nombre de filiales et de marques distribuées), réactivité (chez Trucks, on essaye toujours d’être le plus réactif possible pour aider au mieux les clients) et compétitivité (on arrive à se démarquer face à d’autres groupes de distribution).

Comment imagines-tu ton métier dans les prochaines années ?

J’imagine une équipe plus grande, une possible évolution sur la manière de s'organiser dans le magasin, l’ajout de nouvelles références, encore plus de nouveautés, de choses à apprendre… et peut-être une future évolution professionnelle, qui sait ?

La chose dont tu es fière, dans ta vie professionnelle et dans ta vie personnelle ?

Dans ma vie personnelle, je suis très fière de ma petite fille de 6 ans. Dans ma vie professionnelle, je suis fière d’avoir intégré un milieu d’hommes et de prouver tous les jours que je suis aussi capable qu’eux de faire le même travail.

Un message pour les jeunes filles/femmes qui n’osent pas se lancer dans un secteur masculin ?

Il faut faire ce qu’on aime, ne pas faire attention aux jugements des autres sur ses capacités ou son physique. Nous ne sommes pas obligés d’être des femmes et de travailler dans des bureaux toute la journée. Il ne faut pas se mettre de freins. Si on a l‘envie et la motivation, il faut foncer ! Que l’on soit une femme ou un homme, il n’y a pas de règles.

Quelque chose à ajouter ? 

Je suis très fière de mon métier. Je suis une passionnée, j’ai mis longtemps à trouver le bon endroit où j'allais me sentir bien. Cela fait 12 ans que je suis dans la vie active, et j’ai trouvé seulement à mes 30 ans ce que je voulais faire. Je tenais vraiment à remercier PAROT Trucks qui m’a accueilli à bras ouverts et qui m’a donné ma chance. Je me suis très vite liée d’amitié avec toutes les équipes, ils m’ont formé et encore aujourd’hui, j’apprends plein de nouvelles choses. Je suis contente d’être là et je me lève le matin avec l’envie de venir travailler.

Merci à Mailys de nous avoir accordé cette interview exclusive !
 

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre experience de navigation.
En cliquant sur un des liens de cette page, vous nous autorisez à installer des cookies.

En savoir plus
J'accepte